jeudi 3 avril 2008

Comment être cruel avec un enfant (Vous aussi, vous le pouvez)

Vu l'autre fois à Télématin (oui oui, je sais, mais depuis que Lemergie étrangle les stagiaires, j'ai comme une fascination coupable), vu l'autre jour donc, on a retrouvé aux Etats-Unis (encore eux, décidément) 9 gamins enfermés dans des cages de 1 mètre.
Des cages.
De 1 mètre.
Un revival des festivités rednecks des années 70, Massacre à la tronçonneuse et autres joyeusetés.
Mais quand même. 1 mètre, c’est plus que pour un chien transporté par sa people de maîtresse.
Alors, de quoi on se plaint, hein ?
La cruauté est une discipline à part entière.
Cibles privilégiées, les handicapés, les déficients, les vieux, les moches, les gros, les gamins, voir le tout à la fois (ah, points bonus pour ceux-là).
Et ça marche même avec les animaux.

Alors oui, je sais, « Ah, mais quel être abominable ! C’est totalement abject et gratuit ! » Gratuit, ça doit l’être.
Si c’est abject, c’est encore mieux.

Prenons un enfant, que l’on nommera et à qui l’on fournira un passif, pour l’émotion, l'identification et l’implication du spectateur lambda.
Donc, Kévin, 10 ans, porteur d’un appareil « invisible-et-absolument-pas-disgracieux » d’après la tante Bertine, (c'est un peu notre mascotte à nous, à tous) est un petit garçon bien malicieux.
Mais bêta quand même, hein, il est de la famille.

Kévin est un être mignon, avec ses joues roses, son air jovial et son sourire métallique.
Mais c’est aussi un être immonde.
Il est cruel, malsain, et ses yeux s’illuminent de noirceur.
Kévin tue.
Il tue les mouches, leur arrache les ailes, il tue les moustiques, il écrase son petit frère au jeu du « allez on fait comme dans un film de Michael Bay ».
Ah ça, Kévin rigole bien.

Rigolons à notre tour.
Imaginons.
Respirons.

Kévin, qui je le rappelle, a 10 ans et est porteur d’un appareil « invisible-et-absolument-pas-disgracieux » d’après la tante Bertine, est avec des copains, il joue.
La journée est belle, le ciel est bleu.
C’est un après-midi.

Kévin, comme tout mioche qui se respecte, s’interroge sur les choses de la vie, et s’émerveille du spectacle majestueux de la nature.
Un adulte passe par là.
Il sera notre complice.
(Ah oui, je sais, ça à l’air totalement horrible comme ça, un adulte qui s’apprête à s’occuper d’un groupe de gamins. Ca va être encore pire que ce que vous pourriez imaginer.)

Donc, l’adulte.
Déjà, Kévin ne connaît pas la règle d’or, qui fait défaut à bons nombres de pédophiles, c'est-à-dire « ON NE DOIT PAS S’ADRESSER AUX INCONNUS ».

Alors Kévin, qui est un peu bêta, hein, faut le rappeler, s’adresse (Oh mon dieu deux fois s’adresser dans la même phrase quelle affreuse faute de syntaxe affreuse !) à ce « gentil » monsieur.
Kévin veut savoir quels sont les noms de ces jolis nuages qui flottent gracieusement dans le ciel, tel un navire corsaire à la recherche d’un trésor perdu.

C’est là que nous entrons en action.
L’occasion est trop belle.
L’odeur de souffre se fait sentir.
Il FAUT être cruel avec ces enfants.

Ainsi, à ce moment précis de notre exemple, le « gentil » monsieur aurait pu répondre « Tu vois, mon petit Kévin, tu permets que je t’appelle comme ça, ce nuage est un cumulonimbus », et d’enchaîner sur la théorie barbante de l’orage, etc. et etc., j’en passe et des meilleures.
Non, le « gentil » monsieur va juste se contenter de dire « Tu vois, mon petit Kévin, tu permets que je t’appelle comme ça, ce nuage est un cunnilingus ».

Imaginez la tête de ces enfants, toute cette joie illuminant leurs visages pré - pubères !
Imaginez la tête de leurs parents, dont ils s’empresseront de partager leur nouveau savoir !
Imaginez votre tête.

Ca y est.
Vous avez été cruel avec un enfant.


Digression : Attention.
L’Homme peut être parfois un grand enfant.
Et il se fait avoir.

Un exemple bête, à l’échelle nationale.
Juste un titre.
Questions pour un Champion.

Le pire exemple de cruauté qui existe sur Terre.
Qui rivalise avec La Shoah, la guerre, le Terrorisme ou G. W. Bush.
Juste Julien Lepers.
Un candidat bateau passe sa vie dans les encyclopédies et les dictionnaires, pour passer les présélections de Question Pour Un Champion.
Après avoir passé une enfance larmoyante, une adolescence prostrée et une perte de la virginité 2 jours avant l’émission par Pedro, Transsexuel stagiaire de son état (et étranglé par Lemergie), tout ça parce qu’il a passé le plus clair de son temps dans les encyclopédies et les dictionnaires, il est enfin dans le show télévisuel, au succès inaltéré et inégalé chez les ménagères de plus de 60 ans.

Il passe la première épreuve.
Il passe la deuxième épreuve.
Il gagne le show.
Moment d’intense émotion.
Tout ça pour gagner des encyclopédies et les dictionnaires.
Cruel n’est ce pas ?

Tout ce long et difficilement clair monologue pour dire que, parfois, être cruel avec des enfants, ça fait du bien.
Ne jamais oublier de retirer leur sucette.

2 commentaires:

Rob Gordon a dit…

Juste pour faire mon connard de scientifique de service et te dire qu' "une cage de 1 mètre", ça ne veut rien dire. Un volume peut s'exprimer en litres (oui, c'est con pour une cage, vu que le liquide ne peut pas rester à l'intérieur vu qu'à travers les barreaux ça fuit, tu comprends) ou en mètres cube.
Merci de respecter les unités fondamentales de la physique.
Cordialement.

Mr Brown a dit…

Effectivement, je manque à mes devoirs.
Des cages de 1 mètre sur 1 mètre donc, bien petites, pour enfermer, par exemple, les profs de maths.
Mais c'est juste un exemple hein.