jeudi 5 juin 2008

Sorties Cinéma

JCVD
Porté par une formidable idée, qu'il a le mérite d'exploiter jusqu'au bout (même si on s'attendait à une grosse comédie pleine d'autodérision, alors qu'il s'agit là d'un vrai film de genre), le film, notamment dans le carcan du cinéma français, est une réussite.
Réalisation ultra soignée, scénario finement ciselé, comédiens fabuleux (surtout Van Damme, qui dans une poignée de scènes terrasse la salle par la puissance de son "acting"), prises de risques, l'oeuvre se pare de sacrés atouts pour devenir culte, et pousse forcément à revoir son jugement sur l'acteur, hors du domaine du bêtisier mensuel des Enfants de la Télé.
Car même si on sent un sacré charcutage en salle de montage, sacrifiant la plupart des personnages secondaires, JCVD réhabilite facilement le personnage cathodique de Van Damme, le sanctifie même éternellement, et constitue, surtout, une grande et belle déclaration d'amour.

Bon en même temps, j'en fais peut être un peu trop, faut aussi dire que j'ai somnolé pendant 20 bonnes minutes, la faute à job qui commence très tôt et un déjeuner très lourd (d'ailleurs si on vous demande : l'Hamburger Fred de chez Quick, c'est plutôt très bon, mais paraît que le Omar est encore meilleur. Voilà qui est dit).

1 commentaire:

Antoine a dit…

Raaaaaaaaaaaaaah putain d'enculé de capitaliste de merde !!!
Il faut plastiquer tout ce qui est Quick McDo et assimilés !
J'espère que t'y retourneras pas de sitôt.